Chargement en cours

Le style du mobilier Premier Empire

Ostentation, placage d'acajou et bronzes dorés. De 1804 à 1820.

 

 

Napoléon 1er et le style Empire
Napoléon et le style Empire

 

 

Qu'est ce que le style Empire?

Le style néo-classique français de l'Empire correspond au règne de l'empereur Napoléon Bonaparte. L’Empire fait suite au Consulat. Il débute avec le sacre de Napoléon en 1804 pour se terminer en 1815 avec la défaite de Waterloo. Le style Empire rayonne alors sur toute l'Europe et se prolonge en réalité jusque dans les années 1820. On le nomme également style Napoléon 1er ou premier Empire pour le différencier du style Napoléon III correspondant au second Empire de la fin du XIXe siècle.

Le dirigisme des Arts organisé par les architectes et ornemanistes Percier et Fontaine donne un style Empire unifié, relativement facile à identifier. Les thématiques décoratives tournent autour des thèmes du "retour d’Égypte", de l'antiquité romaine et du répertoire architectural classique dès les années 1810. Les meubles massifs, luxueux et ostentatoires du style Empire sont fabriqués principalement en bois d'acajou. De beaux bronzes dorés contrastent sur les volumes géométriques de ce mobilier aux grandes surfaces lisses de placage. L'homogénéité de la décoration d'intérieure avec les meubles d'apparat est réalisée grâce à l'utilisation de beaux tissus colorés.
 

 

 

Fauteuil Empire
Fauteuil Empire
 

Marché et valeur du mobilier Empire

Malgré une durée d'existence relativement courte qui s'étale sur le premier quart du XIXe siècle, le mobilier de style Empire est produit en abondance. On en trouve encore sur le marché à des prix raisonnables. Cependant, il faut distinguer les pièces d'apparat et le mobilier Empire ordinaire. Les meubles d'apparat ou de cour, en matériaux nobles et richement décorés, sont devenus rares. Beaucoup ont été achetés par les musées. Le mobilier bourgeois ordinaire comme la chaise empire ou la commode empire, est recherché pour ses lignes pures et sa très bonne qualité d'exécution.
L'utilisation d'acajou et la présence de bronzes jouent un rôle important sur le prix d'un meuble empire ancien. L'originalité de la thématique du meuble et la finesse d'exécution priment également.

Le château de Malmaison à Rueil-Malmaison, décoré par l'impératrice Josephine de Beauharnais, présente de beaux meubles de style Empire. On peut également recommander la visite des châteaux de Compiègne, de Fontainebleau, d'Amboise ou de Valençay ainsi que de la bibliothèque Marmottan à Boulogne-Billancourt.
 

 

 

Guéridon Empire
Guéridon Empire
 

Histoire et époque Empire

 

Un style au service d'un état guerrier

La prise de pouvoir par Napoléon 1er et son sacre en 1804 marque le début d'un règne où l'art sert le prestige de l'Empire. Les victoires napoléoniennes puis l'installation de sa famille à la direction des pays conquis facilite l'expansion du style Empire en Europe.  L'architecture illustre la puissance de l'Empire français à l'image de l'arc de triomphe du Carrousel construit par Charles Percier et celui de la place de l'étoile à Paris. Les arts décoratifs et le mobilier servent aussi la propagande destinée à la gloire des armées.

L'interventionnisme de Napoléon

Le dirigisme artistique organisé par Napoléon Bonaparte favorise la production nationale française pour lutter contre les importations  britanniques de meubles Regency très à la mode. En effet, le gouvernement passe de nombreuses commandes aux ateliers d'ébénisterie pour remeubler les anciennes résidences royales vidées par les ventes révolutionnaires. Les artistes et les artisans comme la maison "Jacob" évitent ainsi la faillite grâce au mécénat de l’État.
Parallèlement, la nouvelle classe dirigeante composée d'hommes d'affaires, de militaires et de politiques affirme son statut social avec l'achat de meubles luxueux de style Empire. Paris devient ainsi la capitale du mobilier avec une industrie du meuble comptant plus de 10.000 ouvriers. Le style Empire ne perce que partiellement en province, où il se cantonne aux villes et aux riches demeures bourgeoises.

La fin du style Empire

La chute de l'Empire provoque un coup d'arrêt brutal au développement de ce style. La Restauration avec Louis XVIII abandonne progressivement l'utilisation des bronzes devenus trop chers ainsi que toute l'ornementation rappelant l'Empire. Les lignes architecturées s'adoucissent et l'acajou est finalement remplacé par des bois indigènes moins onéreux comme dans le style Charles X ou le style Biedermeier en Autriche.
 

 

 

 
Table Empire
Table Empire

 

Athénienne Empire
Athénienne Empire

 

 

Principaux ébénistes et ornemanistes de l'Empire


Le dirigisme des ornemanistes Percier et Fontaine

Charles Percier (1764-1838) et Pierre-François-Léonard Fontaine (1762-1853) sont des architectes-décorateurs du Consulat et de l'Empire. Le 18 janvier 1801, Napoléon les nomme architectes du gouvernement pour organiser tous les arts de l'Empire.
La promotion de leur style architectural et construit passe par la publication de dessins et d'ornements dont le célèbre "recueil de décorations intérieures" édité en 1801 et 1812. Ils apportent également une vision de l'antiquité découverte suite à leurs voyages à Rome. A la demande de Napoléon, ils réaménagent le château de Malmaison, véritable vitrine du style Empire.
On trouve d'autres ornemanistes et dessinateurs influents comme Jean-Démosthène Dugourc (1749-1825) avec son goût prononcé pour l'Antique ou La Mésangère avec ses recueils "Collection de meubles et objets de goût".

Les principaux ébénistes

Georges (I) Jacob (1739-1814), ébéniste reconnu sous Louis XVI et le Directoire, joue un rôle majeur dans la définition du mobilier de  style Empire. Il affirme son goût pour les meubles luxueux en acajou de style étrusque et d'inspiration Antique. Il collabore étroitement avec le peintre officiel Jacques-Louis David, qui produit même ses propres modèles de meubles d'inspiration antique visibles dans ses tableaux comme le portrait de madame Récamier. En 1796, son atelier devient la société "Jacob Frères" quand il le transmet à ses deux fils Georges (II) et François-Honoré Jacob-Desmalter (1770-1841).

François-Honoré Jacob-Desmalter crée finalement sa propre société en 1803 à la mort de son frère Georges (II). Il devient rapidement l'ébéniste parisien le plus à la mode et le fournisseur principal du Garde-Meuble. Son style favorise le décor "retour d’Égypte" et privilégie les formes sans trop de lourdeur grâce à des structures plus douces et affinées. En 1810, la maison Jacob emploie près de 800 ouvriers. Les meubles Empire de Jacob-Desmalter se reconnaissent à l'estampille "Jacob D. R. Meslée", Meslée étant le nom de la rue où se trouve l'atelier.

D'autres ébénistes de l'époque Empire se distinguent comme Bernard Molitor (1755-1833) ou Pierre-Antoine Bellangé (1757-1827).
 

 

 

Salon Empire
Salon Empire
 

Esthétique du style Empire

Le style Empire est fait d'ordre et de méthode. Son mobilier accentue les lourdeurs du style Directoire. Sa structure suit la stricte règle de la symétrie et s'organise en volumes géométriques aux lignes droites et aux angles vifs. La disparition complète des moulures ou des sculptures met en avant les surfaces planes et lisses du placage.
Chaque meuble est conçu comme un monument antique très architecturé. Sa silhouette massive et lourde contraste avec les styles précédents du Louis XV ou du Louis XVI. Vers 1810, les meubles se raidissent et le thème architectonique remplace celui de l’Égypte.
Au final, on obtient ainsi un mobilier très structuré mais souvent peu pratique, même parfois inconfortable.
 

 

 

Sphinx Empire Retour d'Egypte
Sphinx Empire Retour d'Egypte

 

Tête d'égyptienne Empire
Tête d'égyptienne Empire

 

 

Ornementation du style Empire

Sous l'Empire, la décoration ne fait plus partie intégrante du meuble mais est surajoutée à la structure. Le décor "rapporté" sert à atténuer la sobriété des formes. Il se compose de bronzes dorés finement ciselés. Des sculptures remplacent intégralement des parties de meubles comme les consoles d'accotoir en col de cygnes ou les montants de lit en femmes gainées.
Le répertoire décoratif se limite à l'antiquité et ses ordres architecturaux, à l’Égypte, à la guerre, à la mythologie et à la symbolique du pouvoir.

Le thème retour d’Égypte

Les dessinateurs accompagnant l'expédition d’Égypte de 1798, relancèrent la mode de l'égyptomanie avec la publication de recueils de gravures et d'illustrations. Les cariatides en gaine à pieds nus et à la tête coiffée de klaft, bonnet royal égyptien fait d'une étoffe retombant de chaque côté sur les épaules, supportent le plateau des tables et des secrétaires. Les sculptures de sphinx égyptien et de sphinge ailée remplacent les consoles d'accotoir. Les montants se transforment en chapiteaux palmiformes à fleur de lotus ou bien se terminent par des mufles et des griffes de lion.
Les motifs animaliers du début de l'Empire seront progressivement remplacés par des formes architecturées comme les colonnes, les pilastres et les frontons.

Les emblèmes de la guerre et de la victoire

Napoléon Bonaparte apprécie les symboles guerriers comme les casques, les boucliers, les victoires ailées, les faisceaux de licteurs et les trophées d'armes. Les glaives romains ou les sabres antiques servent même de piétement pour la structure en X des sièges curules.

Les motifs de la Rome antique

Les ornemanistes reproduisent ou interprètent les motifs antiques à partir des dessins retrouvés sur les vases étrusques. La palmette stylisée très épurée s'utilise seule ou en frise. Des étoiles à cinq branches et des couronnes de laurier symbolisent la gloire. Le cygne dont la gracieuse courbe du col sert de console d'accotoir est associé au sommeil. On le retrouve souvent dans le mobilier des chambres à coucher. Des bronzes de flambeaux verticaux sont placés en applique au milieu des montants de coiffeuses et de psychés. Le motif de dauphin, de lyre et de carquois revient régulièrement. Plus rares sont les bucranes, harpies ou cornes d'abondance.

Les emblèmes impériaux et du pouvoir

Pour son sacre en 1804, Napoléon redéfinit la symbolique du pouvoir. Comme César sous l'Empire romain, Il choisit l'aigle associé aux victoires militaires et l'abeille de l'Hymette qui tire son nom d'une montagne de l'Attique près d'Athènes. On retrouve les mains de justice, le sceptre, la thyrse symbole de prospérité, les foudres et la couronne impériale. Les frontons des monuments et les tissus du mobilier s'ornent parfois d'un "N" pour le monogramme de Napoléon ou d'un "J" pour celui de sa femme Joséphine de Beauharnais.

La mythologique et les scènes allégoriques

Enfin, l'Empire s'inspire largement du bestiaire mythologique gréco-romain avec le sphinx grec au buste de femme et au corps de lion, avec les griffons et les chimères et avec les figures féminines drapées comme la diane chasseresse ou la vénus accompagnée d'un dauphin.
 

 

 

Guéridon Empire
Guéridon Empire

 

Guéridon antique de style Empire
Guéridon antique de style Empire

 

Lit et tissus Empire
Lit et tissus Empire
 

Techniques et matériaux du le style Empire


Le style de l'Empire joue sur le contraste des tons avec l'utilisation de tissus colorés et de bronzes dorés rehaussés par l'utilisation de grandes surfaces en bois sombre.

Le placage et l'acajou sous l'Empire

L'acajou domine l'ensemble de la production de meubles Empire. Utilisé en bois massif ou en placage flammé, moucheté, moiré ou ronceux, il permet un beau contraste avec les décors de bronze. Il s’apprécie pour son grain fin et compact. Les ateliers du faubourg Saint-Antoine s'approvisionnent en acajou auprès des îles de Saint-Domingue et de Cuba. Cependant en 1806, Napoléon ordonne un blocus interdisant le commerce avec la Grande-Bretagne, ce qui limite immédiatement l'importation de bois exotiques en provenance des colonies. Les ébénistes inventent alors des recettes pour imiter les bois exotiques à partir de teintures puis remplacent progressivement l'acajou par des bois indigènes comme le noyer, l'érable, l'orme, le frêne, le chêne, le hêtre ou le tilleul.
Le placage en bois des îles, citronnier, amarante, bois satiné ou if des îles s'utilise comme placage de contraste avec l'acajou. La marqueterie ne subsiste que sous forme de rares d'incrustation d'ébène, de laiton ou de nacre.

Le marbre sous le premier Empire

Les meubles Empire sont toujours recouverts d'un plateau de marbre. Pour les meubles ordinaires, l’ébéniste choisit une brèche d'Alep, un marbre griotte ou un marbre blanc. Pour les plus beaux meubles, on trouve du porphyre, du marbre vert antique ou vert des Vosges, du marbre noir, du marbre de Boulogne et de Carrare ou des plaques bleu nuit de lapis-lazuli.

Les bronzes d'applique et le métal d'époque Empire

Les appliques de bronze doré sont les principaux ornements. Toujours finement ciselés en bas-relief et de forme symétrique, ils sont centrés sur les grandes surfaces lisses de placage. La maison "Jacob Frères" a fait sa spécialité des frises de bronzes. Cette fabrication de très grande qualité typiquement parisienne s'exporte alors dans l'Europe entière grâce aux célèbres bronziers de l'Empire comme Pierre Philippe Thomire (1751-1843) et sa manufacture de 700 ouvriers ou l’orfèvre Martin-Guillaume Biennais (1764-1843).
Les poignées de bronze en anneau circulaire égaillent les grandes surfaces des tiroirs et des portes. A noter que seules les façades visibles des meubles Empire sont décorées.
En imitant le mobilier antique, les ébénistes imaginent également des piétements de guéridons en fer forgé, en bronze et en tôle vernie.

Les tissus et le bois doré

Le plein style Empire vers 1810 utilise largement la technique du bois doré associé à des tissus de motifs décoratifs. Le bois de hêtre est privilégié pour les sièges en bois rechampi blanc et or.

L'invention du métier à tisser Jacquard en 1800 permet de "programmer" des motifs de tissage à l'aide de cartes perforées. Cette technique facilite la création de tissus à motifs et à rayures. Les ornemanistes et décorateurs reprennent les couleurs des fresques antiques. On observe des tons de vert-bronze, de rouge-pourpre, de rose, de jaune doré et de bleu nuit.

Les damas et les satins sont produits par les manufactures de Beauvais, de la Savonnerie, d'Aubusson et des Gobelins dans une moindre mesure. Par exemple, Louis-Martin Berthault (1767-1823) réalise la décoration de la chambre de l'Impératrice Joséphine au palais de Compiègne avec des tissus de meubles et des tentures aux couleurs rouges brodées d'or.
 

 

 

Fauteuil premier Empire
Fauteuil premier Empire

 

Chaise Empire
Chaise Empire

 

Commode Empire
Commode Empire

 

Lit empire à impériale
Lit Empire à impériale

 

Secrétaire haut Empire
Secrétaire haut Empire

 

 

Meubles Empire


Les intérieurs et la décoration sous l'Empire

Les décorateurs privilégient l'unité de conception et de style en harmonisant la décoration d'intérieur avec le mobilier. Généralement, les lourds meubles Empire sont agencés le longs des murs. Les voilages de soie ou les papiers peints moins onéreux représentant de grandes fresques remplacent les tapisseries désuètes avec la réduction des intérieurs.

Les types de meubles Empire

On distingue les meubles d'apparat et les meubles classiques. Les meubles Empire de prestige abondent de décoration et de dorure. Les meubles ordinaires de la bourgeoisie présentent des formes plus simples. Les ouvriers du Faubourg Saint-Antoine en produiront des séries de très bonne facture.
Certains ébénistes-bronziers copient les meubles antiques en métal comme les guéridons, les athéniennes et les brûle-parfums sur  trépied.

Les sièges Empire

La chaise curule Empire est une sorte de tabouret ou de ployant avec des montants en X parfois en forme de sabre ou de courte épée romaine. Les chaises en pelle présentent des dossiers à large bandeau concave. La chaise à l'étrusque se compose d'un dossier en crosse et des pieds en sabre.
Pour les fauteuils du style Empire, on retrouve le fauteuil gondole au dossier hémi-circulaire, le fauteuil à accotoirs en sculpture de sphinge, de chimère ailée ou de col de cygne. Le fauteuil aux accotoirs à gros enroulements sera plutôt reprit sous la Restauration.
Les banquettes sur socle appelées paphos et les sofas comme celui représentant madame Récamier sur le tableau de Jacques Louis David, s'inspirent directement de l'Antique. La méridienne de l'Empire est un lit à trois chevets de hauteurs différentes dont celui de pied formant un sommet en pente.

La commode Empire

Les commodes Empire aux formes très architecturées se composent de trois larges tiroirs flanqués de colonnes ou de pilastres  supportant un plateau de marbre. La commode à deux vantaux ressemble à un meuble "à hauteur d'appui". En cachant ses tiroirs, on obtient une plus belle surface de placage en devanture.
Le prix de la commode Empire varie selon la présence des bronzes dorés, leur qualité d'exécution et leur thème. L'acajou est également préféré.

Le lit Empire

On trouve principalement des lits "de travers" disposés le long d'un mur et surmontés par une impériale, sorte de voilage fixé au plafond. Les lits reposent parfois sur une estrade. La thématique décorative des lits Empire tourne autour de l’Égypte, de l'Antiquité et du cygne, symbole du sommeil.
Le lit bateau Empire avec son bandeau droit et des dosserets en crosses, ou avec son bandeau en arc de cercle et ses chevets droits, est très à la mode. Le lit en nacelle, aussi appelé lit en corbeille ou lit gondole, présente une gracieuse courbe continue partant du bandeau jusqu'aux chevets qui s'incurvent vers l'intérieur.

La table et le guéridon Empire

Toutes les tables et guéridons Empire sont circulaires ou en demi-lune. Un plateau en marbre repose sur un fût dont la base tripode en hélice présente des cotés concaves. Le piétement de certains guéridons se compose de trois montants en arcs reliés par une tablette d'entrejambe.
La table de chevet, appelée somno, est de forme cylindrique, quadrangulaire ou pyramidale. Elle ressemble aux temples égyptiens ou à leurs autels.

La console d'applique Empire

La console Empire sur socle conserve une forme rectangulaire. Toujours très architecturée avec ses pilastres massifs, ses colonnes ou ses éléments architectoniques, elle sert de support aux candélabres. La maison "Jacob Frères" s'est spécialisée dans des versions de console Empire en demi-lune.

Le bureau et le secrétaire Empire

Le bureau Empire est assez grand et plat. Il permet d'étaler et de lire les grandes cartes d'état major. Plus fréquent est le secrétaire à abattant qui utilise la même structure que sous l'époque Louis XVI mais dont l'ornementation s'inspire des ordres architecturaux antiques. Le bonheur-du-jour Empire repose sur un socle massif et ne ressemble plus du tout à un meuble féminin.

Les grands meubles Empire

L'imposant mobilier de rangement de l'époque Empire comme l'armoire, le cabinet ou la bibliothèque est construit comme un monument. Un fronton triangulaire ou une corniche repose sur un entablement à tiroir. De larges colonnes unies à bagues de bronze ou des pilastres en chapiteaux se détachent des côtés.

Les meubles de toilette et d'hygiène sous l'Empire

L'hygiène fait d'important progrès sous Napoléon 1er avec le lavabo. La table-coiffeuse à miroir rond, ovale, rectangulaire ou octogonale s'incline autour d'un axe horizontal. Parfois la coiffeuse empire est portative. Elle s'appelle psyché quand son grand miroir pivotant permet de se voir de plein pied.
L'athénienne, d'inspiration antique, se distingue par un trépied en sculpture de bronze. Elle se couronne d'une vasque en pierre ou en tôle servant de brûle-parfum ou de jardinière. Les candélabres reposent sur le marbre blanc d'un piédestal cubique.
 

Autres articles du même thème