Chargement en cours

Connaitre la valeur des meubles anciens

Toute chose a la valeur que son acquéreur est prêt à payer

 

Albert et Isabella dans la boutique d'un collectionneur (Brueghel,1623)
Albert et Isabella dans la boutique d'un collectionneur (Brueghel, 1623)

 

 

 
 

L'estimation et les ordres de prix

Différents critères déterminent l'estimation de la valeur d'un meuble ancien. Certains critères sont objectifs comme le style, l'ancienneté, la nature ou la composition du meuble, d'autres sont plus subjectifs comme l'esthétique ou la capacité de son propriétaire à valoriser son bien.

La valeur du meuble reste une estimation qui varie selon les époques, la population ciblée ou même le pays. On note cependant des seuils psychologiques de prix :

• de 0 à 100€ pour les meubles courants

• de 100€ à 1500€ pour les meubles anciens

• supérieur à 1500€ pour les meubles d'exception

• au-delà d'une centaine de milliers d'euros, le prix du meuble varie selon la cote du marché de l'art.

Pourvu qu'il convienne à votre décoration d'intérieur, l'acquisition d'un beau meuble ancien reste souvent moins chère que celle d'un meuble neuf . De plus, il prendra de la valeur dans le temps.

 

 

 

Le style du meuble

La "cote d'amour" d'un style détermine son prix de base. Tous les meubles d'un même style voient ainsi leurs prix évoluer de façon homogène. Par exemple, le style art nouveau, très prisé, a vu son prix monter en flèche contrairement au style Henri II plutôt délaissé à l'heure actuelle.

La connaissance du style de votre meuble est donc une première étape nécessaire pour l'estimation de sa valeur.

Les tendances de chaque style dépendent des effets de mode, de la rareté des meubles, de leur prix et des nouveaux acheteurs potentiels. Quelques exemples des tendances de prix des styles :

• les styles Restauration, Louis-Philippe ou Napoléon III du XIXème siècle sont encore accessibles mais à des prix en constante progression

• les styles 1925 et art déco signés par les designers tels que Dunand, Printz, Ruhlmann, Leleu ont déjà atteint des sommets et sont pratiquement introuvables aujourd'hui

• les styles régionaux sont en augmentation constante depuis plus de 30 ans, toujours dynamisés par la demande d'équipement des maisons secondaires en province.

Les émissions de télévision ou les magazines de décoration jouent un rôle primordial sur les modes du moment dans le choix des styles de mobilier : hier la mode rétro des années 1970, aujourd'hui celle du meuble industriel.

 

 

L'ancienneté du meuble

Au delà de 100 ans, un meuble est considéré comme ancien. Ainsi, les copies de style du début du XXème siècle commencent maintenant à prendre de la valeur.

Contrairement à un meuble contemporain qui perd deux tiers de sa valeur à l'achat, un meuble ancien ayant résisté à l'usure du temps se valorise avec l'âge. Sur la durée, sa valeur peut doubler tous les 5 ans soit une progression moyenne de 20% par an.

Il faut distinguer également l'époque du style de l'époque de fabrication. La loi définit par les dénominations suivantes :

• un meuble d'époque est un meuble ancien fabriqué à l'époque citée

• un meuble de style est une copie d'un original d'époque Il convient de distinguer la copie ancienne de la copie récente Par exemple, la description et le prix d'un même fauteuil Louis XV variera selon son ancienneté :

- original fabriqué en 1750 : fauteuil d'époque Louis XV, 1500€

- copie sous Napoléon III : fauteuil de style Louis XV, fin XIXème, 600€

- copie industrielle de 1950 : fauteuil de style Louis XV, 100€

Certaines techniques permettent d'identifier avec plus de certitude l’époque de fabrication du meuble.

Il convient également de détecter les faux créés volontairement pour vieillir l'âge d'un meuble et monter artificiellement son prix.

Une vieille patine, les irrégularités dans les coupes de bois, l'usure par frottement des parties amovibles comme les tiroirs et les portes, les serrures d'origines, l’emboîtement fluide des parties déformées par le temps sont de bons gages d'ancienneté d'un meuble.

 

 

La nature du meuble

Les familles de meubles à usage courant tels les tables, les sièges et les petites armoires trouvent toujours une large clientèle. Si votre mobilier se compose d'un ensemble appareillé comme une paire de fauteuils identiques, sa valeur peut facilement être multipliée par un facteur 1.5. Les meubles spécifiques et souvent rares tels les meubles « à transformation » ou à « secret » sont encore plus recherchés par les collectionneurs. Par contre, certains meubles devenus inutiles par leur usage comme par exemple une table-lavabo ont perdu de leur valeur.

Concernant la taille des meubles, le petit mobilier à taille humaine convient mieux aux intérieurs contemporains à l'espace plus réduit et à l'exigence de mobilité de la population urbaine. Les meubles monumentaux ou volumineux restent souvent sans acquéreurs dans les demeures provinciales plus spacieuses.

Les meubles sans réelle utilité mais très décoratifs sont toujours très prisés.

Des considérations sanitaires et écologiques poussent également les nouveaux acquéreurs à préférer les meubles anciens dépourvus d’agglomérés toxiques et autres colles chimiques allergisantes.

 

 

La composition du meuble

Les moyens mis en œuvre par les artisans ébénistes, les menuisiers, les ornemanistes et les sculpteurs pour la fabrication de leur meuble jouent sur sa valeur finale.

Les techniques de fabrication: Un meuble régional ou de style fabriqué manuellement par un artisan se distinguera toujours d’un meuble industriel sorti d'une chaîne de montage. Les techniques décoratives comme le placage, la marqueterie, la sculpture ou, mieux encore, la dorure et le laquage ajoutent une plus-value au meuble si leur exécution est de bonne facture et leur état de conservation correct.

Les meubles ayant demandé une grande main-d’œuvre, un travail minutieux et une dextérité d’exécution sont très recherchés comme par exemple les meubles en marqueterie Boulle à incrustation de cuivre et d'ivoire. La fabrication de certaines copies de meubles, comme les ensembles de style Restauration sont plus facilement industrialisables. On les trouve ainsi sur le marché en plus grand nombre.

Les matériaux: Le mobilier construit avec des matériaux nobles tels les marbres, les bois fruitiers ou exotiques comme l'acajou bénéficie d'une surcote. L'utilisation des bois massifs indigènes comme par exemple le chêne ou le noyer sont également une valeur sûre. Une belle patine équivaut à une forte valorisation. Par contre certaines matières comme le pin ou le mélèze n'ont pas la cote. Ne parlons pas de l’aggloméré.

La décoration: La composition décorative du meuble influence largement l'acte d'achat. L'acquéreur préfère généralement les thèmes joyeux, homogènes et originaux. La qualité des motifs doit rester de bonne facture et ne pas tomber dans la naïveté.

Les accessoires: Les passementeries, les bronzes et autres entrées de serrures sont entre autres des accessoires utilitaires ou décoratifs qui valorisent le meuble par leur côté esthétique. Ils facilitent aussi l'identification de son style et de son époque.

 

 

L'esthétique du meuble

On recommande souvent d'acquérir un meuble ancien pour lequel vous avez eu un coup de cœur. Il faut aussi privilégier les meubles de bonne qualité, à la mesure de votre porte- monnaie, car ils se revendront à coup sûr avec une plus-value.

La beauté d'un meuble est bien sûr subjective. Elle dépend du vécu et des attentes de chaque individu. Cependant, on retrouve une homogénéité de goûts selon les époques, les pays, les classes sociales et l'âge de la population concernée comme illustré dans ces quelques exemples :

• Les Japonais sont très friands des meubles 1900 – art nouveau dont le style s'inspire fortement de la nature, elle- même omniprésente dans leur culture.

• Les classes aisées du Moyen-Orient préfèrent les meubles baroques dorés aux courbes exubérantes du style Napoléon III.

• En France, les lignes droites du style Louis XVI se marient bien avec les meubles contemporains des petits appartements parisiens des classes moyennes. Chez les retraités, on retrouve souvent une décoration d'intérieur de style « versaillais » du XVIIIe siècle.

En règle générale, chaque meuble trouve sa cible tant que sa fabrication est de bonne facture, son état correct et ses finitions soignées. Dans tous les cas, on peut valoriser ses meubles par une restauration ou en travaillant sur sa notoriété.

 

 

L'état de conservation

Un meuble en mauvais état peut facilement perdre la moitié de sa valeur. Si vous décidez de le faire restaurer, sachez qu'il vous en coûtera plusieurs centaines d'euros. Même s’ il faut préférer les meubles en bon état, une bonne restauration peut être source de contentement et de plus-value pour un meuble ancien dont la cote est bonne.

 

 

La notoriété du meuble

Ce qui est unique est rare et ce qui est rare est cher. Donc un petit effort de marketing pour faire sortir votre meuble du lot le valorisera.

Pour créer la petite carte d'identité de votre meuble, vous pouvez :

  1. le prendre en photos

Photographiez votre meuble sous différents angles sans oublier ses caractéristiques spécifiques comme ses beaux bronzes ou les détails justifiant de son ancienneté. Aussi, en cas de sinistre ou de vol, ces photos permettront d'estimer votre préjudice auprès de votre assureur.

  1. rassembler les documents anciens justifiant l’existence et la provenance du meuble

Une ancienne photo où le meuble apparaît, un testament ou une estimation d'héritage, le bon de commande du meuble, etc... permettront de justifier facilement l'ancienneté du meuble. La valeur sentimentale de certains meubles perdurera après la disparition de son propriétaire si vous pensez à en noter la raison. Les meubles ayant appartenu à un propriétaire célèbre peuvent rapidement prendre de la valeur.

  1. faites connaître votre meuble dans les publications spécialisées

Comme pour les œuvres d'art, les meubles figurant dans les publications des musées, les catalogues, les livres et les magazines d'art ou de ventes aux enchères voient automatiquement leur cote monter.

  1. joindre un descriptif détaillé du meuble et de son style lors de sa vente

  2. numéroter éventuellement votre meuble pour faciliter son identification ultérieure

Certains meubles sont estampillés par l'artisan lors de sa création. Une véritable estampille fait à coup sûr passer un meuble ancien ordinaire au statut de meuble d’exception. L'estampille a été instaurée pour les corporations d'artisans dès le milieu du XVIIe siècle avant d'être abrogée à la Révolution. Elle indique le nom de l'artisan ayant réalisé le meuble. Si sa notoriété est reconnue, elle influe largement sur le prix du meuble. Le simple fait de connaître le nom du créateur du meuble suffit parfois à multiplier son prix par deux.

L'identité du meuble peut être également réalisée par un antiquaire qui vous remettra un certificat d'authenticité. C’est un engagement souvent nécessaire pour la vente de meubles d'exception.

 


Autres articles du même thème